Principal

Migraine

Signification du mot & laquoad »

HELL, a, offre à propos de l'enfer, en enfer, m Dans de nombreuses religions: un endroit où les âmes des «pécheurs» morts sont soumis à des tourments éternels. [Peter] a parlé de tout brièvement, de manière impressionnante, sa pensée insistant le plus souvent sur Dieu, l'enfer et la mort. M. Gorky, chez les gens. || trans. La situation, les conditions dans lesquelles le séjour est pénible, insupportable. La vie d'Alexandra Mikhailovna et de Zina est devenue un enfer désespéré. Ils ne savaient pas comment devenir, comment s'asseoir pour ne pas agacer Andrei Ivanovich. Veresaev, Deux extrémités. L'enfer se tenait dans l'arène. Des chevaux nourris pendant l'hiver, la vapeur est tombée. Ils se précipitèrent tous comme ils le pouvaient, frappant aux barrières et se croisant. Ignatiev, cinquante ans de service. || généralement quoi ou où. À propos de la souffrance morale, de l'angoisse mentale ressentie par smb. L'enfer était avec lui [Kalinovich] dans son âme. Pisemsky, A Thousand Souls. Ah, c'est un métier d'écriture! Ce n'est pas seulement de la farine, mais tout un enfer spirituel. Saltykov-Shchedrin, Petites choses dans la vie.

Source (version imprimée): Dictionnaire de la langue russe: en 4 volumes / RAS, Institut de linguistique. recherche; Ed. A.P. Evgenieva. - 4e éd., Effacé. - M.: Rus. Langue; Ressources polygraphiques, 1999; (version électronique): Bibliothèque électronique fondamentale

  • Ambiguïté: Voir aussi Gehenna, Valley of Hinnom

Enfer (d'un autre grec. Ἅδης - Hadès ou Hadès) - dans la représentation des religions (religions abrahamiques, zoroastrisme), mythologies et croyances - un lieu de punition terrible, souvent posthume, pour les pécheurs qui en souffrent tourment et souffrance. Généralement opposé au paradis.

Le mot ancien "Hadès" a été utilisé dans la Septante pour transmettre le mot hébreu שאול - Sheol, et dans un sens partiellement réinterprété transmis dans le Nouveau Testament.

ENFER, mais, beaucoup non, m. [Grec Enfers]. 1. Selon la doctrine chrétienne, c'est un endroit où, après la mort des pécheurs, leurs âmes se livrent au diable aux tourments éternels dans le feu. 2. trans. À propos de quelque chose, où le désordre se produit, l'horreur. À ce moment, le chenil est devenu un enfer (lorsqu'un loup l'a frappé). Krlv. || Bruit, désordre, agitation (razg.). Ils ont un. à la maison. 3. trans. État d'esprit douloureux, souffrance morale. Dans l'âme d'une tante a. - Les pensées sont les plus sombres. D. Bdny.

Source: «Dictionnaire explicatif de la langue russe» édité par D. N. Ouchakov (1935-1940); (version électronique): Bibliothèque électronique fondamentale

Qu'est-ce que l'enfer vraiment?

Heureusement, les pensées philosophiques ne nous viennent pas souvent. Mais parfois, les gens pensent à ce qui les attend après la mort. Cette question est particulièrement aiguë pour ceux qui sont coupables de péché et qui le comprennent. Les prêtres de toutes confessions leur promettent des tourments infernaux. Vous pouvez, bien sûr, rejeter et pécher par plaisir. Mais tout le monde ne réussit pas. Un suspense terrible fait peur. Qu'est-ce que l'enfer? Que nous propose-t-on de craindre? Voyons ça.

Interprétations populaires

Essayons de comprendre ce qu'est l'enfer à partir des histoires de gens ignorants. Après tout, on en parle souvent en vain. On pense que c'est un endroit très effrayant. En elle, l'âme du pécheur est toujours tourmentée. Les grands-mères diffusent avec enthousiasme à leurs petits-enfants de grandes casseroles et chaudrons, en feu, dans lesquels sont frits ceux qui ne respectent pas les commandements du Seigneur. Imaginer cela, bien sûr, est assez difficile. Après tout, nous sommes tous confrontés à la mort. Une personne perd son corps. Il reste dans ce monde et repose sur la terre. Comment vont-ils le faire cuire dans une chaudière? C'est la première question qui se pose aux petits-enfants qui essaient de comprendre ce qu'est l'enfer. En fait, il ne s'agit pas de corps, mais d'âmes. Cette partie d'une personne qui ne peut pas être vue ou touchée est probablement immortelle. Elle était prête à subir de terribles tourments si un ami péchait de son vivant. Et qui et comment plongera l'âme dans la souffrance? C'est difficile à imaginer. Après tout, l'homme n'a pas encore décidé du concept de l'âme. Elle est quelque chose d'éphémère, sans image physique. Comment la tourmenter? Il s'avère donc que, à l'exception des casseroles sur les feux de joie et les démons, rien ne traverse l'esprit des croyants. Ils essaient d'expliquer ce que l'enfer et la mort sont basés sur l'expérience terrestre. Et ce n'est pas vrai. Après tout, l'âme passe dans un autre monde, obéissant, très probablement, à d'autres lois.

D'où venaient toutes ces casseroles??

Il faut noter ce qu'est l'enfer, les gens ont toujours essayé d'imaginer et de comprendre. De plus, les membres du clergé ne cessaient de le répéter à son sujet. Et dans la littérature, il est fait mention de l'enfer ardent. La phrase elle-même a excité l'imagination d'un peuple ordinaire. Ils ne connaissaient tout simplement pas son origine, alors ils ont inventé toutes sortes de fables. Dans les temps anciens, l'enfer était appelé un dépotoir près de Jérusalem. D'ailleurs d'ailleurs l'endroit est désagréable. Elle grouillait constamment de vers et de rats, piquait, brûlait. La population locale connaissant bien cette image désagréable, elle a décidé de la donner comme exemple de l'habitation éternelle des pécheurs. Croyez-moi, personne n'a voulu rester longtemps dans la décharge, qui dégage une infection. Vivre là-bas était impossible et très effrayant. C'est une sorte d '"anti-publicité" pour l'ancien résident de Jérusalem. Puisque la phrase est incluse dans les textes sacrés, elle a survécu, ayant perdu contact avec le prototype. L'enfer ardent est un endroit terrible où l'âme d'un pécheur mort souffre.

Qu'est-ce que l'enfer en termes de la Bible

Il convient de noter que dans le livre sacré des croyants à la mort, peu d'attention est accordée. À partir de certains textes, on peut comprendre que l'âme attendra le Jugement dernier. Le Seigneur appellera et prononcera le jugement sur quiconque ayant déjà vécu sur terre. Cette déclaration suggère que l'âme a l'immortalité. Ce qui, soit dit en passant, est dit dans les textes. Après tout, après le terrible jugement, les gens sont destinés à la vie éternelle. Et son but est également décrit. Chacun étudiera la variété infinie du Seigneur incarné dans le monde. Mais peu de choses sont dites sur l'endroit où l'âme attendra l'appel devant le tribunal. L'enfer est l'endroit où les pécheurs souffriront. Il est rempli de "pleurs et grincements de dents...". C'est ce que dit l'Écriture. Et ce n'est pas un soupçon de souffrance physique, qui provoque des cris et des gémissements, mais des tourments de conscience. Après tout, c'est précisément une telle réaction chez une personne qui fait penser à un acte injuste et injuste, infligeant une offense ou un autre péché à quelqu'un.

Différences d'interprétation entre catholiques et orthodoxes

Il convient de noter que des personnes de confessions différentes, à leur manière, ont imaginé l'enfer et le ciel. En général, ils lisent les mêmes textes sacrés, mais les interprètent en fonction de leur expérience et de leur vision du monde. Les catholiques appellent l'enfer purgatoire. Ils sont sûrs que les âmes ne sont pas seulement tourmentées. Ils travaillent ainsi sur les péchés, sont nettoyés. Il y a quelque chose de «capitaliste» dans cette approche. Êtes-vous d'accord? Payez avec des émotions négatives le droit de ne jamais aller au paradis! Une approche pragmatique s'y fait sentir. L'orthodoxie est une autre affaire. Ils parlent d'épreuves. L'âme est dans le noir, loin du Seigneur, elle souffre donc. Cela ressemble au sort d'un paria, un homme divorcé de sa patrie et de sa famille. Il ne se sent pas mal de douleur physique ou mentale, mais parce que la chose la plus précieuse a été enlevée - l'intimité avec le Seigneur. D'accord, une approche légèrement différente. Cependant, il est peu probable que le véritable sort de l'âme après la mort dépende de l'interprétation des croyances individuelles.

Opinion ésotérique

Non seulement les ministres du culte tentent d'expliquer ce qu'est l'enfer et où il se trouve. Il existe de nombreuses écoles impliquées dans la croissance spirituelle de la personnalité. Leurs luminaires et créateurs sont également liés au problème décrit. Ils représentent l'âme sous la forme d'un tas d'énergie. Il est clair que vous ne pourrez pas le faire frire dans une poêle. Par conséquent, nous avons choisi un système de coordonnées différent. L'univers, disent-ils, est composé de nombreux mondes. Dans la vie terrestre, nous n'en connaissons qu'une petite partie. Mais après la mort, nous sommes destinés à exister dans une autre partie du grand univers. Il peut être imaginé comme une chaîne de mondes intégrés du sombre au clair. Certains niveaux les décrivent même. Selon le caractère coupable de la vie d'une personne, son âme se déplace à l'endroit qu'il mérite. S'il était un méchant terrible, il serait au plus bas niveau. Là, ce sera dans le noir, sans communication ni créativité. Manque d'opportunité d'étudier et de recevoir des informations - c'est ce que l'enfer signifie dans leur interprétation. Probablement, une telle théorie a le droit d'exister. Imaginez ce qui se passera si vous êtes mis dans une cage sourde, sans communication avec le monde extérieur? Tenez longtemps?

Où est l'enfer?

Cette question intéresse également beaucoup. Les gens des siècles passés ont même essayé de le trouver. Il est clair que toutes les expériences ont échoué. Après tout, entrer dans cet endroit terrible, selon les croyances, n'est possible qu'après la mort. Et il n'y aura personne pour parler de cette expérience. En effet, personne n'a pu revenir de l'autre monde à part Jésus. Et lui, bien sûr, n'est pas entré dans le purgatoire. Alors, les gens curieux à l'aide de l'imagination essaient de comprendre ce qu'est l'enfer. Ils lui ont donné une définition. C'est là que l'âme souffre. Mais précisément, bien sûr, personne ne sait rien. Mais le niveau de développement de la science ne permet pas encore d'expérimenter. Une chose est claire: l'enfer ardent, contrairement à son prototype, n'est pas sur notre planète. Soit dit en passant, il y a quelques siècles, ils ont essayé de le placer sur Mars. Mais avec le développement de l'astronomie, une telle idée a été abandonnée. Maintenant, la science a solidifié la multivariance de l'univers. Personne ne prétend que notre monde n'est pas le seul. Par conséquent, l'enfer est généralement placé dans un univers parallèle ou un autre espace, fermé aux gens par une barrière impénétrable.

À propos de différents mondes plus

Les tentatives éternelles de comprendre la psyché humaine ont conduit à l'émergence dans la société de divers gourous essayant d'élargir nos idées sur l'univers. Ils le font, contrairement aux scientifiques, d'un point de vue énergétique. Ils sont venus à l'idée qu'il y a beaucoup de planètes habitées. Les âmes s'incarnent tour à tour sur eux. Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Parlant des conditions d'existence dans différents mondes, certains interprètes sont venus à l'idée originale. Ils affirment que l'enfer réel n'est pas quelque part dans un univers parallèle, mais ici sur Terre. Autrement dit, nous sommes tous invités à croire que des âmes pécheuses sont rassemblées sur notre planète, éprouvant certaines difficultés dues aux crimes passés. Chacun d'eux, bien sûr, a le sien. Par conséquent, les gens sur terre vivent dans des conditions différentes. Vous vous demandez simplement pourquoi la population mondiale augmente si rapidement? Vraiment dans les mondes supérieurs en aucune façon apprendre à lutter contre le péché?

Pourquoi la mort nous est-elle donnée?

En parlant d'enfer ou de paradis, cette question ne peut être abordée. Après tout, c'est la mort qui nous rapproche de la connaissance d'un autre monde (ou dimension). C'est en soi un phénomène très important pour l'humanité. Malgré son naturel inconditionnel, que nous rencontrons constamment, les gens ont peur de cette transition. La peur est inhérente à nous au départ. Personne ne fait peur à la mort depuis l'enfance. Les gens eux-mêmes ont peur d'elle, instinctivement. Bien que l'Écriture déclare que l'homme est destiné à la vie éternelle. Par conséquent, la mort nous est donnée comme une leçon. Depuis les temps anciens, les gens le combattent. Certains tentent de trouver des moyens de prolonger leur existence physique, d'autres tentent de laisser leur marque sur ce monde. Les exemples sont nombreux: des peintures rupestres aux plus belles œuvres d'art. Tous les chemins mènent à la créativité. L'homme veut continuer à l'infini dans ce monde. Autrement dit, la mort est une incitation à la créativité, y compris la naissance d'une nouvelle vie.

Conclusion

En fait, comprendre ce qu'est l'enfer n'est pas difficile. Cette idée est enracinée en chacun de nous, pour ainsi dire, génétiquement. Il s’incarne à chaque fois que la conscience d’une personne parle. Après tout, c'est à ce moment que l'âme commence à ressentir les tourments. Renforcez-les plusieurs fois dans votre imagination et comprenez qu'il y a un enfer ardent.

Enfer qu'est-ce que c'est

Les musulmans ont une idée de l'enfer comme lieu de résidence des incroyants et des pécheurs parmi ceux à qui Allah n'a pas pardonné. Les sources d'informations sur l'enfer sont tirées par les musulmans du Coran et des paroles du prophète Mahomet. En enfer, il y a des gardes - 19 anges sévères, et le principal gardien de l'enfer est le puissant ange Malik. Comme il ressort des paroles du prophète, l'Enfer et le Paradis sont déjà créés, mais les gens n'y entreront qu'après le Jour du Jugement. En enfer, ils attendent le tourment du feu, qui est beaucoup plus douloureux que le feu terrestre, les boissons à l'eau bouillante et au pus, ainsi que les fruits de l'infernal arbre Zakkum. Le séjour dans l'enfer des incroyants est éternel, tandis que la punition de l'enfer contre les pécheurs musulmans n'est pas éternelle et après un certain temps (dont Allah seul le sait), ils seront libérés de la flamme infernale et entreront au paradis. [1] Dans les textes sacrés du Coran, il y a de nombreuses références à l'enfer, par exemple:

"Leur désir sera de sortir du Feu, mais jamais d'en sortir, ils auront un tourment éternel." (Coran 5:37) "En vérité, celui qui ne croit pas et qui fait l'iniquité n'aura pas pitié d'Allah et ne les guidera pas sur le chemin, sauf le chemin de l'Enfer, où ils resteront pour toujours." (Coran 4: 168-169) «Je l'enverrai aux Enfers. Comment savez-vous ce qu'est le monde souterrain? Elle n'épargne rien et ne part pas, brûlant une personne. Dix-neuf (gardes) sont au-dessus. » (Coran 74:26:30) «Et ils appelleront:« Oh, Malik! Laissez votre Seigneur nous achever! "Il dira:" Vous resterez! "Nous vous avons donné la vérité, mais la plupart d'entre vous détestent la vérité." (Coran 43: 74-78) "Les mêmes qui ne croyaient pas, préparaient un verre d'eau bouillante et des souffrances douloureuses pour le fait qu'ils ne croyaient pas" (Coran 10: 3-5) [2]

judaïsme

La Septante utilise le terme «enfer» aux endroits où le texte hébreu a un «shéol». [3]

Christianisme

Cette section doit être entièrement réécrite..Peut-être que cette section contient une étude originale..Il manque des références aux sources d'information dans cette section.

Selon la doctrine orthodoxe, après la chute des ancêtres, les âmes de tous les morts, y compris les justes de l'Ancien Testament, sont allées en enfer (voir Gen. 37:35 «Et tous ses fils et toutes ses filles se sont réunis pour le réconforter; mais il n'a pas voulu se consoler et a dit: Je descendrai avec tristesse mon fils dans les enfers. Son père l'a donc pleuré. »). Les âmes du juste Siméon le Récepteur de Dieu et du roi sans tête Hérode Jean-Baptiste ont prêché en enfer une délivrance rapide et universelle. Après ses souffrances et sa mort sur la croix, le Christ est descendu dans les profondeurs les plus reculées de l'enfer, a détruit l'enfer et a fait sortir de lui les âmes de tous les justes dans le Royaume de Dieu (paradis), ainsi que les âmes des pécheurs qui ont accepté le sermon sur le salut à venir. Et maintenant, les âmes des saints morts (chrétiens pieux) vont au ciel. Mais souvent avec leurs péchés, les personnes vivantes, ne réalisant pas cela, repoussent Dieu loin d'eux-mêmes - ils (tout en vivant sur la terre) créent un enfer vivant dans leurs âmes [1], et après la mort, les âmes n'ont plus la possibilité de changer leur état, ce qui continuera progrès dans l'éternité. Le sort posthume et final de l'âme des non-chrétiens décédés est inconnu des vivants - il dépend entièrement de la volonté de Dieu. Le Sauveur souligne que le critère déterminant pour lui sera la présence (des «agneaux») de miséricorde (aide aux nécessiteux, à laquelle il appartient et lui-même) - ou l'absence de ces questions (Matthieu 25: 31-46

31 Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les saints anges avec lui, alors il s'assiéra sur le trône de sa gloire,
32 Et toutes les nations se réuniront devant lui; et il séparera l'un de l'autre, comme un berger sépare les brebis des chèvres;
33 Et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
34 Alors le roi dira à ceux qui sont à sa droite: venez, béni de mon Père, héritez du royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde:
35 Car j'avais faim, et tu m'as donné à manger; soif, et tu m'as fait boire; J'étais un vagabond, et tu M'as accepté;
36 était nu, et tu m'as habillé; était malade, et vous m'avez rendu visite; était en prison et tu es venu vers moi.
37 Alors les justes lui répondront: Seigneur! quand t'avons-nous vu faim et nourri? ou soif, et s'est saoulé?
38 Quand vous avons-nous vu comme un étranger et vous avons-nous reçu? ou nu, et habillé?
39 quand nous vous avons vu malade ou en prison, et sommes venus vers vous?
40 Et le roi leur répondit: En vérité, je vous le dis, puisque vous avez fait cela à l'un de mes petits frères, vous m'avez fait.
41 Alors il dira à ceux du côté gauche: viens de moi, maudit, dans le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges:
42 Car j'ai faim, et tu ne m'as pas donné à manger; soif, et tu ne m'as pas donné d'eau;
43 était un vagabond, et ils ne m'ont pas reçu; Il était nu et ils ne m'ont pas vêtu; malade et en prison, et ne m'a pas rendu visite.
v 44 Alors ils lui répondront: Seigneur! quand nous vous avons vu faim, ou soif, ou un étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne vous a pas servi?
45 Il leur répondra: Je vous le dis en vérité, puisque vous n'avez pas fait cela à l'un de ces petits, vous ne m'avez pas fait..
46 Et ceux-ci iront dans le châtiment éternel, mais les justes dans la vie éternelle.).

Dieu détermine la punition ou la récompense d'une personne quand elle voit ses bonnes et mauvaises actions, mais qu'une personne peut racheter. Dieu prendra la décision finale lors du Jugement dernier, après quoi en enfer non seulement les âmes des pécheurs seront tourmentées, mais aussi leurs corps matériels ressuscités. Le Christ a souligné que le plus grand tourment en enfer frappe ceux qui connaissaient ses commandements, mais ne les ont pas respectés, et ceux qui n'ont pas pardonné les insultes à leurs voisins. Le tourment le plus dur en enfer sera précisément la morale, la voix de la conscience, un état non naturel lorsque l'âme pécheresse ne peut pas supporter la présence de Dieu, mais même sans Dieu, c'est complètement insupportable.

En enfer, les démons (anges déchus) seront également tourmentés, qui après le Jour du Jugement seront encore plus connectés: «Et donc ils crièrent: Que vous importez de nous, Jésus, le Fils de Dieu? Tu es venu ici avant le temps pour nous tourmenter »(Matthieu 8: 2929 Et maintenant, ils criaient:« Qu'est-ce que tu veux de nous, Jésus, le Fils de Dieu? »Tu es venu ici avant le temps pour nous tourmenter. 30 Un grand troupeau de porcs en a été pâturé (comme tu vois des porcs broutaient par terre, cela est évident du verset 28-28 Et quand Il est arrivé de l'autre côté dans le pays de Gergesinsky, Il a été rencontré par deux démons qui sont sortis des tombeaux, très féroces, donc personne n'a osé aller dans ce sens.)); «Et ils ont demandé à Jésus de ne pas leur ordonner d'aller dans l'abîme» (Luc 8:31).

Le catholicisme et l'orthodoxie affirment que pour qu'une âme aille au ciel après la mort, il est nécessaire d'avoir la foi et d'être baptisé (Marc 16:16), d'adhérer au credo donné par Dieu, de participer au Corps et au Sang du Christ, d'observer la pureté spirituelle et faites miséricorde et priez beaucoup Dieu pour le salut éternel de son âme, vivant sur terre.

Le protestantisme prétend que pour que l'âme d'une personne aille au ciel et non en enfer, il faut croire en Jésus-Christ le Sauveur, qui a été crucifié et est mort pour les péchés de l'humanité, mais ayant vaincu la mort et l'enfer s'est levé le troisième jour. Les croyants protestants basent leur foi sur l'Écriture, où il est dit que l'homme n'est pas sauvé par les œuvres, mais par la foi. «Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle» (Jean 3:16) «Car par grâce, vous avez été sauvé par la foi, et cela ne vient pas de vous, don de Dieu: pas en faillite, pour que personne ne se vante. " (Éph.2: 8-9). «Car si vous confessez Jésus au Seigneur et croyez dans votre cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, vous serez sauvé» (Rom. 10: 9). Par des actes, un homme confirme sa foi "Car comme un corps sans esprit est mort, ainsi la foi sans actes est morte." " (Matthieu 16:27), "les affaires de chacun seront révélées; car le jour montrera, car il est ouvert dans le feu, et le feu fera l'expérience des affaires de chacun, ce que c'est. Quiconque détient l'œuvre qu'il a construite recevra une récompense. Et qui l'affaire brûlera, il subira des dommages; cependant, il sera lui-même sauvé, mais comme s'il venait d'un incendie (1 Cor. 3: 13-15)..

Dans le néoprotestantisme (baptême, pentecôtisme, etc.), le baptême ne joue pas un rôle majeur dans le salut. Dans le protestantisme classique (luthéranisme, calvinisme, anglicanisme, etc.), il existe une thèse selon laquelle les bébés doivent être baptisés pour pouvoir aller au paradis après la mort.

Saint Jean Chrysostome écrit: "Par conséquent, Il (Dieu) a également préparé l'enfer (l'enfer, comme lieu de résidence pour les pécheurs), qu'il est bon." [4] Au paradis, face à un Dieu aimant, des milliards de justes et d'anges, le pécheur aura tellement honte et dur qu'il ira en enfer - un endroit où Dieu cache plus ou moins sa présence. Selon certains apologistes chrétiens, l'enfer est le mal, mais Dieu ne peut pas faire le mal, mais avec sa création (bonne), il laisse la possibilité aux créatures intelligentes (anges et personnes) qu'il a créées de "faire" à la fois le bien et le mal. Le mal, selon le concept chrétien, est simplement soit un bien perverti, soit un manque de bien, c'est-à-dire la non-existence, qui ne peut jamais être complète et définitive.

Certains théologiens chrétiens et dénominations protestantes (par exemple, les adventistes du septième jour) rejettent l'existence de l'enfer comme domaine objectif du tourment éternel.

L'enfer, en tant que sphère subjective, en tant qu'immersion de l'âme dans sa propre obscurité, est le résultat immanent d'une existence pécheresse, et non une punition transcendantale pour le péché. L'enfer est l'incapacité d'aller au transcendantal; il y a immersion dans l'immanent.

Il est impossible de se réconcilier avec le fait que Dieu pourrait créer le monde et l'homme, prévoyant l'enfer, qu'il pourrait prédéterminer l'enfer à partir de l'idée de justice, qu'il souffrira l'enfer comme un cercle spécial d'être diabolique avec le Royaume de Dieu. D'un point de vue divin, cela signifie l'échec de la création. L'enfer objectivé, en tant que sphère spéciale de la vie éternelle, est complètement intolérant, inconcevable et simplement sans rapport avec la foi en Dieu. Dieu, permettant consciemment le tourment éternel de l'enfer, n'est pas du tout Dieu, il ressemble plus au diable.

La foi au Christ, à la résurrection du Christ, c'est la foi au triomphe de l'enfer. La foi en l'enfer éternel est, après tout, l'incrédulité dans la puissance du Christ, la foi dans la puissance du diable. En dehors du Christ, l'antinomie tragique de la liberté et de la nécessité est insoluble, et l'enfer, en vertu de la liberté, reste nécessaire.

Bouddhisme (religion)

Dans le bouddhisme, l'enfer est un lieu d'habitation pour les êtres qui pratiquent la colère et la haine. Il y a huit niveaux d'enfers (à chaque niveau du centre il y a un enfer chaud, froid autour du périmètre), mais il y a aussi des enfers supplémentaires. Rester en enfer est long, mais pas sans fin, après que les effets du karma négatif soient épuisés, la créature meurt et renaît dans des mondes supérieurs.

Taoïsme (religion)

Dans la tradition chinoise, la nature de l'enfer est quelque peu différente de celle généralement acceptée. Si, disons, dans le christianisme, l'enfer est la punition des péchés, et dans le bouddhisme, l'enfer est le lieu où la purification est nécessaire; alors la compréhension taoïste et, en général, chinoise autochtone de l'enfer exclut complètement toute interprétation éthique.

L'enfer dans la tradition chinoise est appelé "Huang Quan" qui se traduit par "sources jaunes", ou, plus rarement, "la demeure des ténèbres". Un homme composé de plusieurs âmes, après la mort, une partie des âmes apparaît dans une certaine ressemblance de paradis - dans le ciel, et l'autre partie de ses âmes, qui sont de nature plus grossière - apparaissent à des sources jaunes.

Aux sources jaunes, l'esprit de gui, formé après la mort par les âmes grossières de Poe, est contraint d'échapper à "une existence fantomatique semblable à une ombre" [6]. En général, les sources jaunes ressemblent à un endroit «ressemblant à l'Hadès de la tradition antique européenne» [7]. L'existence ici est sombre, c'est un monde d'ombres où il n'y a ni lumière ni vivacité. La mythologie chinoise connaît des cas d'errance des vivants aux sources jaunes, car de tels voyageurs séjournant ici sont pleins de dangers.

Les sources jaunes sont divisées en 9 mondes, le souverain du monde inférieur est appelé Tu-bo, une divinité cornue [8]. Chacun de ces mondes a sa propre source jaune..

Ge Hong (III - IV siècles) dans le 14e chapitre de son travail «Baopu-tzu» décrit l'existence de gui dans les sources souterraines des esprits comme quelque chose de terrible: «une longue nuit sans fin dans un monde souterrain sombre, qui est en dessous de neuf sources, pendant lesquelles une personne devient la nourriture des fourmis et des vers, puis mélangée avec de la poussière et de la poussière. »[9].

Plus tard, le concept de ressorts jaunes a été combiné dans les croyances populaires avec des idées sur le mont Taishan et la capitale du royaume souterrain de Fandu [10], bien qu'ils n'aient pas particulièrement changé les idées archaïques sur les ressorts jaunes remontant aux jours du chamanisme..

Mormonisme

Dans les révélations de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, le mot enfer est utilisé dans deux sens.

Premièrement, le soi-disant donjon spirituel est appelé - un endroit dans le monde spirituel post-terrestre, préparé pour ceux «qui sont morts dans leurs péchés, sans connaissance de la vérité, ou dans le péché, rejetant les prophètes» (Doctrine et Alliances 138: 32). Il s'agit d'une condition temporaire dans laquelle les esprits auront la possibilité d'étudier l'Évangile, de se repentir et d'accepter les ordonnances de salut accomplies pour eux dans les temples. Ceux qui acceptent l'Évangile peuvent rester au paradis jusqu'à la résurrection. Après la résurrection et le jugement, ils recevront le degré de gloire qu'ils mériteront. Ceux qui ne veulent pas se repentir, mais qui ne figurent pas parmi les fils de perdition, resteront en prison spirituelle jusqu'à la fin du millénaire, quand ils seront libérés de l'enfer, punis et ressuscités à la gloire téleste..

Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah sont basés sur les paroles de la Bible d'Eccl. 9:10 “Faites tout ce que votre main peut faire; parce que dans la tombe où que vous alliez, il n'y a pas de travail, pas de pensée, pas de connaissance, pas de sagesse »et ils considèrent que l'enfer est la tombe commune de l'humanité, qui en tant que lieu de stockage temporaire des morts n'existe que tant qu'il y a la mort, c'est-à-dire jusqu'à la résurrection des morts après Armageddon. [11] Ils comparent la mort au sommeil, à l'exemple de Jésus.11 Ayant dit cela, il leur dit alors: Lazare, notre ami, s'est endormi; mais je vais le réveiller. 13 Jésus a parlé de sa mort, et ils ont pensé qu'il parlait d'un rêve ordinaire. (Jean 11: 11,13)

L'enfer dans la Bible

Cette section doit être entièrement réécrite..Peut-être que cette section contient une étude originale..

Il y a peu de choses révélées sur l'au-delà dans les Écritures. On sait seulement que le paradis est le lieu de séjour des personnes repentantes rachetées par le Sang du Christ (Luc 23:43 et Jésus lui dit: En vérité, je te le dis, maintenant tu seras avec moi au paradis), "l'utérus d'Abraham" est la demeure du juste juif jusqu'à la résurrection des morts un endroit en enfer, mais pas en enfer), et l'enfer est un endroit pour les pécheurs impénitents. Le Christ nous révèle légèrement ce mystère (c'est le seul endroit dans la Bible qui décrit le monde souterrain en détail):

Luc 16: 19-31 Une certaine personne était riche, vêtue de porphyre et de lin fin et se régalait brillamment chaque jour. Il y avait aussi un mendiant nommé Lazare, qui gisait à ses portes avec des croûtes et voulait être nourri avec des miettes tombant de la table du riche, et les chiens, lorsqu'ils arrivèrent, léchaient ses croûtes. Le mendiant est mort et a été porté par les anges au sein d'Abraham. Le riche est mort et l'a enterré. Et dans l'enfer, étant à l'agonie, il leva les yeux, vit Abraham et Lazare au loin dans son sein, et cria, dit: Père Abraham! aie pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l'eau et refroidir ma langue, car je souffre dans cette flamme. Mais Abraham a dit: enfant! rappelez-vous que vous avez déjà reçu votre bien dans votre vie, et Lazare - le mal; maintenant il est réconforté ici, et vous souffrez; et en plus de tout cela, un grand abîme s'est établi entre nous et vous, donc ceux qui veulent aller d'ici à vous ne peuvent pas, ni de là venir à nous. Puis il a dit: alors je vous demande, père, de l'envoyer chez mon père, car j'ai cinq frères; qu'il leur témoigne qu'ils ne viennent pas non plus dans ce lieu de tourments. Abraham lui dit: ils ont Moïse et les prophètes; laissez-les les écouter. Il a dit: Non, père Abraham, mais si l'un des morts vient à eux, ils se repentiront. Alors Abraham lui dit: s'ils n'écoutaient pas Moïse et les prophètes, alors si quelqu'un était ressuscité des morts, il ne croirait pas.

Le degré de tourment en enfer est suffisant pour la faute du pécheur: Luc 12: 47-48 Mais l'esclave qui connaissait la volonté de son maître n'était pas prêt et n'a pas fait sa volonté, il y aura beaucoup de morceaux; mais qui ne savait pas, et a fait une punition digne, le bit sera moins. Et de tous ceux à qui beaucoup a été donné, beaucoup seront nécessaires, et à qui beaucoup a été confié, ils chercheront plus.

Après le Jugement dernier, l'enfer cessera d'exister. Le sort éternel des démons est l'étang de feu: Apo 20: 10-15 Et le diable qui les séduisit fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où la bête et le faux prophète seront tourmentés jour et nuit pour toujours et à jamais. Et j'ai vu le grand trône blanc et Celui qui était assis dessus, dont le visage et le ciel se sont enfuis, et il n'y avait pas de place pour eux. Et j'ai vu les morts, petits et grands, debout devant Dieu, et les livres ont été ouverts, et un autre livre a été ouvert, qui est le livre de la vie; et les morts étaient jugés selon ce qui était écrit dans les livres, selon leurs actes. Alors la mer des morts qui y étaient a donné, et la mort et l'enfer ont donné les morts qui étaient en eux; et chacun a été jugé selon ses actes. Et la mort et l'enfer sont jetés dans l'étang de feu. C'est le second décès. Et qui n'a pas été enregistré dans le livre de vie, il a été jeté dans l'étang de feu.

Initialement, l'étang de feu était destiné au diable et aux démons: Mt.25: 41 Puis il dira à ceux du côté gauche: viens de moi, maudit, dans le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges. Tous les gens ne peuvent pas être appelés enfants de Dieu: 1 Jean 3: 10 Les enfants de Dieu et les enfants du diable sont reconnus comme suit: quiconque ne fait pas la vérité n'est pas de Dieu, ni n'aime son frère.

La nature du tourment dans l'étang de feu n'est pas la violence: Héb.12: 29 Notre Dieu est un feu dévorant. Il est dit du Seigneur: Psaume 139: 8 Que je monte au ciel, tu y es; Vais-je descendre en enfer - et vous y êtes. Le tourment des pécheurs est le tourment des ténèbres en présence de la Lumière. Les démons se tordaient de douleur à cause de la seule présence de Jésus-Christ: Luc 8:28. Lui, voyant Jésus, cria, tomba devant lui et dit d'une voix forte: Que m'êtes-vous, Jésus, le Fils du Dieu Très-Haut? Je vous en prie, ne me tourmentez pas. Pour les démons, le Royaume de l'amour éternel est intolérable en soi: 2 Cor. 2:16 pour certains, l'odeur est mortelle à mort, et pour d'autres, l'odeur est vivifiante. «L'enfer» («Farine éternelle») est l'opposé du paradis, et c'est, comme le paradis, tout d'abord, L'ÉTAT DE L'ÂME, et non le feu physique ou des casseroles en feu, des lacs de feu, la violence, la torture, etc. Le péché ne peut pas torturer un pécheur impénitent dans la LUMIÈRE brûlant son âme impénitente avec le FEU de la Vérité Divine, de l'Amour et de la Bonté, qui est révélé à une personne (illumine une personne) après sa transition complète vers le niveau spirituel de perception (après la mort du corps); son tourment est le «tourment» des ténèbres en présence de la Lumière de l'Amour éternel et du Bien-être, puisque «Dieu est la Lumière» (1 Jean 1: 5) du «feu» de l'Amour et de la Vérité, le «manger du feu» (Hébreux 12:29) - manger et tourmenter les ténèbres pécheuses, parce que «en Lui (en Dieu) il n'y a pas de ténèbres» (1 Jean 1: 5): «Qu'est-ce que tu veux de moi, Jésus, le Fils du Dieu Très-Haut? Je vous en supplie, ne me tourmentez pas »(Luc 8:28),« pour certains, l'odeur (lumière, feu) est mortelle à mort, mais pour d'autres, l'odeur (lumière, feu) donne la vie »(2 Cor. 2:16).

«Maintenant, il est réconforté et vous souffrez» (Luc 16:24) du contact avec la VÉRITÉ ET L'AMOUR DIVIN. «JE SUIS LÉGER POUR LE MONDE; quiconque ne Me suit pas, QUI VA DANS L'OBSCURITÉ (spirituel) »(Jean 8:12), et qu'arrive-t-il à ceux qui sont libérés dans la lumière après de nombreuses années dans l'obscurité? - pour eux, cette lumière (même physique ordinaire) devient insupportable tourments et douleurs, et que dire de la LUMIÈRE DIVINE?! Et cette LUMIÈRE d'Amour Divin et de Vérité (LUMIÈRE de la "flamme éternelle" (Matthieu 18: 8), "inextinguible" (Matthieu 3:12)) est pour les pécheurs justes et repentants sur la terre CONSOLATION (Luc 16:25), mais pour les pécheurs impénitents - SOUFFRANCE (Luc 16:25).

Ainsi, l'enfer (le monde souterrain) n'est pas une sorte de «métro» ou un lieu de torture, mais, tout d'abord, L'ÉTAT DE L'ÂME DE L'ONU pécheur repentant («que le méchant se transforme en enfer» (Psaume 9:18), «le monde souterrain absorbe les pécheurs»). »(Job 25:19) APRÈS LA MORT DE SON CORPS (et ce n'est qu'au deuxième tour qu'il y a une zone de l'espace spirituel, séparée par le Seigneur du lieu de séjour dans l'éternité des âmes des personnes ayant l'état d'âme du« paradis »- confort, jouissance et félicité de la contemplation de la LUMIÈRE Divine Vérité, la LUMIÈRE de la "flamme éternelle", "inextinguible".) Et une telle CONDITION ("l'enfer") de son âme repentante de l'ONU et vient de l'âme qui s'est ouverte à elle (libérée du corps), ILLIMITÉE et PURE (de toutes les "ténèbres" - péchés, vices et défauts) de la LUMIÈRE SPIRITUELLE DIVINE D'AMOUR et de VÉRITÉ.

Avant la résurrection de Jésus, les justes après leur mort sont allés au «sein d'Abraham», qui était en enfer (en tant que région (dimension) de l'espace spirituel), mais qui était séparé de l'enfer («un grand abîme s'établit entre nous et vous» (Luc 16:26) ) Les justes y vivaient, et étaient CONSOLIDÉS par la Lumière du «feu éternel», «inextinguible» (et CROYANCE à la venue du Christ, ESPÉRONS qu'il viendra selon les prophéties de l'Ancien Testament («Vous ne quitterez pas mon âme en enfer et ne permettraz pas à votre saint de voir la corruption» (corruption spirituelle)) pécheurs) »(Ps. 15: 10))), et non les pécheurs repentants ont souffert, souffert de ce« feu »(LUMIÈRE du« feu »de l'amour et de la vérité divins), parce qu'Il est illimité, omniprésent:« Vais-je monter au ciel - Toi Là; vais-je descendre dans le monde souterrain - et vous y êtes »(Ps. 138: 8), et« qui ne monte PAS par-dessus? »(Job 25: 3), c'est-à-dire qui imprègne librement toutes les dimensions et tous les espaces.

Après la résurrection du Christ, tous les justes («le sein d'Abraham») de l'enfer ont été libérés par lui de cette zone de l'espace spirituel et déplacés vers un autre, différent de lui (tout d'abord, par la présence du Christ lui-même («celui qui sert (vit selon les commandements de Dieu)) "Permettez-moi de suivre (au paradis, au Royaume des Cieux)" (Jean 12:26)), c'est-à-dire différent de lui avec une Lumière beaucoup plus lumineuse, plus lumineuse d'Amour Divin et de Vérité, absolument insupportable et insupportable pour les pécheurs), - paradis, c'est-à-dire des personnes justes (ainsi que des personnes qui ont réussi à se repentir sincèrement de leurs péchés pendant la vie terrestre; l di, qui a cherché pendant la vie du Dieu unique et qui s'efforçait de le trouver («J'ai le désir de me résoudre (de me séparer de la vie corporelle) et d'être avec le Christ, car c'est incomparablement meilleur» (Phil. 1:23)); des gens avec une vision du monde juste, vertueuse et philanthropique ) ont été ressuscités et emmenés par le Seigneur dans son royaume: «et où je suis, là aussi sera mon serviteur» (Jean 12:26); «Et voici, le rideau du temple était déchiré en deux, de haut en bas; et la terre trembla; et les pierres se sont assises; et les cercueils ont été ouverts; et de nombreux corps des saints disparus ont été ressuscités et, quittant les tombeaux après sa résurrection, sont entrés dans la SAINTE VILLE et sont apparus à beaucoup »(Matthieu 27: 51-53); "Héritez le royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde" (Matthieu 25:44), et "les justes brilleront comme le soleil dans le Royaume de leur Père et resplendiront pour toujours" (Matthieu 13:43; Dan.12: 2)

Avant la venue du Christ, le concept d'un paradis céleste parmi les Juifs était absent. Le mot «enfer» en hébreu est «shéol». Bien que plusieurs versions de l'origine du mot hébreu Sheol aient été suggérées, cela vient vraisemblablement du verbe hébreu ּׁשאל (shaal), qui signifie "demander" ou "demander". Dans ce cas, «shéol» signifie un lieu (pas un état) qui demande ou demande à tous sans exception, prenant les morts en leur possession. Il est sur la terre, toujours mentionné à propos des morts et signifie simplement la tombe commune de l'humanité ou la région de la terre (pas la mer) où se trouvent les morts, tandis qu'une tombe ou un lieu de sépulture séparé en hébreu est appelé kever (Gt 23: 4, 6, 9, 20).

Dans les Écritures inspirées, les mots «shéol» (hébreu) ​​et «Hadès» (grec) sont associés à la mort et aux morts, et non à la vie et aux vivants (Apoc. 20:13). Dans ces mots eux-mêmes, il n'y a ni une pensée de félicité ou de tourment, ni un soupçon d'une telle pensée.

Enfer si différent

Le nombre de religions n'est pas dénombrable et chacune a sa propre conception de l'au-delà. Chez certains pécheurs, après la mort, ils sont frits sur le bûcher et mis en jeu, chez d'autres, la même chose arrive aux justes. Cela vient du fait que l'enfer semble parfois plus attrayant que le paradis.

Tout doit être au paradis: l'enfer aussi!
Stanislav Jerzy Lets

Feu de l'enfer

L'enfer en tant que tel n'existe pas dans toutes les religions du monde. Il y a un certain concept de l'au-delà où l'un est légèrement pire, l'autre est légèrement meilleur, et à chacun selon ses affaires. L'enfer en tant que lieu de punition pour les pécheurs est devenu un sujet populaire en relation avec la propagation du christianisme. Bien sûr, l'enfer existe dans le bouddhisme (Naraka), les croyances mayas (Shibalba), chez les Scandinaves (Helheim), mais nulle part, à part le christianisme, n'a reçu une telle importance, nulle part il n'a été peint de manière aussi brillante, colorée et efficace. Cependant, le christianisme est toujours meilleur que les autres religions montrent habilement une belle image - afin d'attirer ou d'intimider.

Satan, assis sur le trône des enfers, n'est rien de plus qu'une publicité pour l'église en tant qu'institution du salut. Il n'y a pas un mot à ce sujet dans la Bible.

Cette pièce a un autre côté. Le fait est que la Bible sur l'au-delà est généralement silencieuse. Le royaume des cieux et de l'enfer sont mentionnés plusieurs fois en passant comme des lieux où les justes se réjouissent et les pécheurs souffrent, mais rien de plus. Tous les concepts modernes de la pègre chrétienne sont apparus au Moyen Âge grâce aux prédicateurs zélés et à l'imagination sauvage des illustrateurs. De plus, la théorie de l'enfer et du paradis promue par l'église moderne va à l'encontre de la Bible. Selon la Bible, Satan ne peut pas gouverner l'enfer, parce que Dieu lui dit: «... et je tirerai du milieu de toi qui te dévorera; et je te transformerai en cendres sur la terre aux yeux de tous ceux qui te voient, tous ceux qui te connaissent parmi les nations seront étonnés de toi; vous deviendrez horreur; et vous ne serez jamais éternellement »(Ézéchiel 28:18, 19). Aussi, il ne faut pas oublier que Dieu a donné son propre fils pour expier les péchés humains - est-ce vraiment en vain. L'enfer est donc plus un produit de l'église en tant qu'institution que de la religion elle-même.

Jerome van Aken Bosch avait un regard particulier sur le monde souterrain. L'aile droite de son célèbre triptyque «Jardin des délices terrestres» représente l'enfer, mais quoi! Un enfer musical où les martyrs sont crucifiés sur cordes et vautours...

Les catholiques et les orthodoxes imposent des exigences très strictes aux croyants. Aller au ciel ne suffit pas pour croire et être juste. Il faut être baptisé, recevoir régulièrement la communion, faire de nombreuses bonnes actions et prier constamment pour son propre salut. En général, il s'avère que presque toutes les personnes, même respectueuses des lois et gentilles, sont censées être au rang de l'enfer si elles ne vont pas à l'église tous les jours et ne passent pas plusieurs heures par jour à prier. Le protestantisme à cet égard est beaucoup plus logique et plus simple: il suffit de croire en Dieu et d'être juste. Les protestants ne reconnaissent pas les rituels et les idoles.

"Dante et Virgile en enfer." Peinture d'Adolf-William Bouguereau (1850).

Mais revenons en enfer. À ce jour, l'image la plus courante de l'enfer chrétien peut être considérée par le grand Dante dans "Divine Comedy". Pourquoi? Parce que Dante a systématisé ce qui était avant lui un gâchis d'Évangiles non canoniques, de sermons, de conférences et de croyances populaires. Bien sûr, Dante suit strictement Aristote, qui classait les pécheurs bien avant l'avènement du christianisme, mais dans ce cas, cela semble tout à fait approprié.

Selon Dante, dans le premier cercle de l'enfer (Limbe) les âmes des non-chrétiens vertueux et des bébés non baptisés languissent. Autrement dit, ceux qui étaient près d'accepter le Christ, mais, malheureusement, ne savaient rien de lui. Dans une certaine mesure, c'est une parodie maléfique, mais elle est certainement plus juste que l'affirmation selon laquelle tous les païens sont voués à un tourment infernal, sans exception. Les âmes de Limba ne font pas de mal - juste tristes et très ennuyeuses. Bien que la présence d'Aristote, de Socrate et de Ptolémée puisse égayer l'ennui de tout invité occasionnel.

Les cercles restants sont répartis plus ou moins également entre les pécheurs de diverses sortes. Les libertins sont déchirés et tordus par un ouragan, les gloutons pourrissent sous la pluie, les mercenaires traînent de lieu en lieu de gravité, les hérétiques gisent dans des tombes chaudes (tout à l'heure, des casseroles sont apparues). Des tourments plus cruels comptent à juste titre sur les violeurs et les bandits qui bouillent dans le sang brûlant, ainsi que sur les blasphémateurs qui languissent de soif dans un désert chauffé au rouge (et il pleut le feu du ciel). D'autres sont éviscérés, baignés dans des selles fétides, fouettés, bouillis dans de la résine. Dans le dernier, neuvième cercle, les traîtres sont tourmentés par le gel dans l'éternelle glace du lac Kotsit. Lucifer, l'ange de l'enfer, y vit également..

En 1439, à la cathédrale de Florence, l'Église catholique a officiellement conclu un accord avec Dieu et a adopté le dogme du purgatoire - probablement sans l'influence de Dante, qui était déjà mort depuis longtemps. Les gens ne voulaient pas se retrouver en enfer pour un tourment éternel sans possibilité de rédemption. L'histoire du purgatoire est née parmi le peuple (et même à l'époque de l'Ancien Testament), le pape Grégoire I à la fin du VIe siècle a reconnu la justice de l'innovation, Thomas d'Aquin et Dante l'ont systématisée, et l'église est allée à la rencontre des gens et leur a donné une chance de salut. Le purgatoire est devenu un territoire intermédiaire entre l'enfer et le paradis. Les pécheurs ambigus (par exemple, les justes, mais non baptisés) ne sont pas immédiatement allés au tourment éternel, mais sont d'abord tombés dans le purgatoire, où pendant un certain temps ils ont expié leurs péchés par la prière. Les prières pour les vivants viennent aussi pour aider le pécheur. Au concile de Trente en 1562, la doctrine du purgatoire fut officiellement confirmée. Ce qui est caractéristique, l'orthodoxie sévère rejette cet enseignement: puisqu'un pécheur signifie enfer, pas de condescendance. Le rejette et le protestantisme, mais il y a encore des exigences beaucoup plus clémentes pour un candidat aux habitants du paradis.

Dante au purgatoire. Le si grand illustrateur poète italien Gustave Dore a vu.

Il faut ajouter quelques mots sur le paradis chrétien, où les âmes tombent soit directement, soit après le purgatoire. Curieusement, les chrétiens n'ont pas de concept exact de paradis. Le plus souvent, il apparaît comme une certaine substance légère, céleste et trouble, à partir de laquelle les bienheureux peuvent contempler le rayonnement éternel de Dieu, buvant du nectar et ayant une bouchée d'ambroisie. Une telle image est venue du judaïsme, où les justes au paradis contemplent toujours la divinité suprême (bien qu'ils n'aient pas besoin de manger ou de boire en même temps). On craint que pour de nombreux habitants de notre planète un tel paradis puisse sembler pire que l'enfer. Messieurs ennuyés et ennuyeux.

Cependant, nous connaissons bien les principes et les postulats de l'enfer chrétien. Cela n'a aucun sens de s'y attarder en détail. Allons dans un autre enfer. Par exemple, en scandinave.

Une brève classification des enfers

  • Type 1. Une série de cercles (ou enfers individuels) avec diverses tortures et souffrances pour des pécheurs de gravité variable: christianisme, islam, bouddhisme, taoïsme, croyances chinoises, zoroastrisme, mythologie aztèque.
  • Type 2. Monde souterrain commun pour tous: mythologie grecque et scandinave ancienne.
  • Type 3. Vide absolu: mythologie égyptienne antique.

Hel vs Hades

Le messager d'Odin Hermod devant la déesse Hel. Illustration de John Dollman (1909).

Les similitudes étonnantes entre les enfers grecs antiques et scandinaves permettent non seulement de les combiner en une seule sous-section, mais aussi d'en parler comme d'un enfer avec quelques différences. En principe, de nombreuses religions sont sujettes au phénomène du syncrétisme - lorsque les mêmes légendes trouvent leur place dans les croyances de divers peuples. Précisons tout de suite: dans la mythologie scandinave (comme dans le grec ancien) il n'y a ni enfer ni paradis en tant que tels. Comme dans la plupart des religions, il y a une certaine vie après la mort, et c'est tout.

Les Scandinaves croyaient qu'il y avait neuf mondes en tout, l'un d'entre eux, celui du milieu, est Midgard - notre Terre. Les morts sont divisés en deux catégories - les héros et tout le monde. Il n'y a pas d'autres principes, pas de pécheurs et de justes. Nous parlerons des héros séparément, mais les autres n'ont qu'un seul moyen: mort - obtenez un billet pour l'enfer, Helheim. Helheim lui-même n'est qu'une partie du monde plus vaste, Niflheim, l'un des premiers mondes qui a donné naissance à notre Midgard natif. À Niflheim, il fait froid et inconfortable, la glace éternelle et le brouillard y règnent, et sa partie la plus désagréable, en fait Helheim, est dirigée par la déesse Hel, la fille du rusé Loki.

Helheim est inhabituellement similaire au Hadès grec que nous connaissons. Sauf dans la dernière règle - mâle. Il n'est pas difficile de faire des analogies. À Hadès, vous pouvez traverser le bateau de Charon à travers la rivière Styx, à Helheim - à travers la rivière Gyol. Certes, un pont a été construit à travers ce dernier, gardé par la géante Modgood et le chien à quatre yeux Garm. Devinez quel nom Garm a dans la mythologie grecque antique. C'est vrai, Cerberus.

La Valkyrie du peintre norvégien Peter Arbo (1864). Les beaux guerriers Valkyrie ont emmené les héros tombés avec eux à Valhalla.

Le tourment des morts à Hadès et à Helheim est presque identique. Fondamentalement, ils consistent en l'ennui et la souffrance spirituelle. Des pécheurs particulièrement distingués reçoivent des sanctions spécifiques, parfois même physiques. Vous vous souvenez de Sisyphe, condamné jour après jour à faire un travail insignifiant, poussant une pierre lourde au sommet de la montagne, se brisant à chaque fois une seconde avant la fin des travaux. Le roi Sipila Tantale est voué dans l'Hadès au tourment éternel de la faim et de la soif. Il se tient à son cou dans l'eau sous les cimes étalées d'arbres chargés de fruits, mais il ne peut pas boire parce que l'eau part, dès qu'il se plie, et mord le fruit, parce que les branches se lèvent quand il les atteint. Et au géant Titius un serpent est assigné, dévorant quotidiennement son foie, qui grandit du jour au lendemain. En principe, ces martyrs vivent dans l'Hadès plus amusant que les autres. Ils ont au moins quelque chose à faire.

Il y a quelques différences à Helheim. Premièrement, ses habitants souffrent constamment non seulement de l'ennui, mais aussi du froid, de la faim et des maladies. Deuxièmement, personne ne peut revenir d'Helheim - ni homme ni dieu. Le seul qui a visité et est revenu est le messager d'Odin Hermod, mais c'est une autre histoire. Je vous rappelle qu'ils reviennent régulièrement de l'Hadès, et y vont même parfois de leur plein gré. L'essentiel est d'avoir quelques pièces pour Charon.

La principale différence entre l'au-delà scandinave est la présence de Valhalla, une sorte de paradis. Valhalla est un palais situé à Asgard, une ville paradisiaque. L'analogue d'Asgard chez les Grecs est le mont Olympe. Valhalla est frappé par une couche assez étroite de la population de la Scandinavie: des guerriers qui se sont illustrés au combat et sont morts avec honneur sur le champ de bataille. La moitié des héros vont au dieu Odin, l'autre moitié à un autre palais, Volkwang, appartenant à la déesse Freyja. Cependant, l'existence des deux groupes de guerriers est à peu près la même. Le matin, ils ont mis des armures et se sont battus à mort toute la journée. Le soir, ils prennent vie et dînent avec de la viande de sanglier Sekhrimnir, arrosée de miel houblonné. Et puis elles sont apaisées par les femmes toute la nuit. Voici un vrai paradis masculin: se battre, dévorer, se saouler sur les filles. Cependant, pour la plupart des hommes, un tel paradis est en fait plus proche que le chant angélique dans le ciel chrétien.

L'un des martyrs les plus célèbres de l'Hadès est le roi Tantale. Debout dans l'eau et à un demi-mètre de fruits mûrs, il est condamné à souffrir de la faim et de la soif.

En fait, dans la mythologie grecque antique, il y a aussi un analogue du paradis - Elysium (à ne pas confondre avec Olympe, la demeure des dieux), un pays d'îles étranges bénies et bizarres. Il n'y a pas de soucis et de chagrins, il y a le soleil, la mer et l'eau. Mais seules les âmes de héros exceptionnels de l'Antiquité et surtout de justes, dont la vie est «approuvée» par les juges du monde souterrain d'Hadès, y arrivent. Contrairement à Valhalla, Elysium a beaucoup de "doubles" dans les autres religions. La mythologie des anciens Celtes et Britanniques (Avalon), les Chinois (les îles de Penglai, Fanzhan et Inzhou) et même les Japonais (île de la jeunesse éternelle) nous dit exactement le même paradis.

L'enfer aztèque

Jusqu'à aujourd'hui, plusieurs centaines d'idoles-images de Miktlankututli.

La division des classes Aztèques s'étendait même à l'au-delà. Le lieu de rendez-vous posthume était prédéterminé non pas tant par les qualités personnelles d'une personne que par sa position sociale. Selon qui était le défunt au cours de sa vie - un prêtre ou un simple fermier - son âme, sujette à la justice, tombait dans l'un des trois types de paradis. Les gens ordinaires sont tombés dans le cercle du paradis Tlalocan, aussi près que possible de la vie terrestre, mais un prêtre éclairé pourrait être honoré d'aller à des hauteurs vraiment cosmiques, au pays éthéré de Tlillan-Tlapallan ou à la maison du Soleil Tonatiuhikan. L'enfer dans la tradition aztèque s'appelait Miktlan. Il était dirigé par le dieu cruel et diabolique (comme presque tous les autres dieux aztèques) Miktlantekutli. Les pécheurs, quelle que soit leur position, ont dû traverser neuf cercles de l'enfer pour atteindre l'illumination et renaître de nouveau. Entre autres choses, il convient d'ajouter que près de Miktlan une certaine rivière coule, gardée par un chien jaune. Un complot familier, n'est-ce pas?

Livre des morts

Osiris, souverain du royaume des morts, Duat. Parfois représenté non pas avec un humain, mais avec une tête de taureau.

La mythologie égyptienne, contrairement au scandinave et au grec ancien, comprend une description du paradis. Mais l'enfer en tant que tel n'y est pas. Dominé par toute l'au-delà, le dieu Osiris, qui a été méchamment assassiné par son frère Seth, puis ressuscité par son fils Horus. Osiris ne correspond pas au reste des dirigeants de l'au-delà: il est assez gentil et paisible, et est considéré comme le dieu de la renaissance, pas de la mort. Oui, et le pouvoir sur le Duat est passé à Osiris d'Anubis, c'est-à-dire qu'une sorte de changement de gouvernement a déjà eu lieu à cette époque.

L'Égypte dans ces temps anciens était un État vraiment légal. La première chose décédée ne s'est pas retrouvée dans les chaudrons de l'enfer et non pas au paradis, mais dans un procès équitable. Avant d'arriver au tribunal, l'âme du défunt a dû subir une série de tests, pour éviter de nombreux pièges, pour répondre à diverses questions aux gardiens. Passé tout cela est apparu devant une multitude de dieux égyptiens, dirigés par Osiris. De plus, sur des échelles spéciales, le poids du cœur du défunt et la vérité ont été comparés (sous la forme d'une statuette de la déesse Maat). Si une personne vivait une vie de justice, le cœur et la vérité pesaient également et le défunt avait le droit d'aller dans les champs d'Ialu, c'est-à-dire au paradis. Le pécheur du milieu a eu l'occasion de se justifier devant la cour divine, mais un violateur grave des lois supérieures ne pouvait pas aller au ciel. Où est-il allé? Nulle part. Le monstre Amat, un lion avec une tête de crocodile, mangeait son âme, et il y avait un vide absolu, qui semblait aux Égyptiens plus terrible que n'importe quel enfer. Soit dit en passant, Amat est parfois apparu en triple apparence - un hippopotame a été ajouté à la tête de crocodile.

Amat, dévorant les âmes des égyptiens pécheurs, était représenté comme un croisement entre un hippopotame, un lion et un crocodile.

Enfer ou enfer?

En règle générale, la Bible fait une distinction claire entre les concepts de l'enfer (sheol) et de l'enfer. Sheol est le nom commun pour le monde souterrain, le sépulcre, la tombe, où les pécheurs et les justes habitent après la mort. Mais l'enfer - c'est exactement ce que nous appelons l'enfer aujourd'hui, c'est-à-dire une certaine zone où les âmes pécheuses souffrent de glace et de feu. Initialement, même les âmes des justes de l'Ancien Testament étaient en enfer, mais Jésus est descendu après eux jusqu'au dernier cercle d'enfer le plus bas et s'est éloigné dans le Royaume des Cieux. Le mot «enfer» vient du vrai nom géographique de la vallée près de Jérusalem, où les corps des animaux tombés et des criminels exécutés ont été brûlés, ainsi que des sacrifices ont été faits à Moloch.

La musique du bouddha de cuivre

Mais revenons aux religions du monde moderne. En particulier, à l'islam et au bouddhisme.

L'islam est beaucoup plus doux pour les musulmans que le christianisme pour les chrétiens. Au moins pour les musulmans, il n'y a qu'un seul péché qui ne sera pas pardonné par Allah - c'est le polythéisme (shirk). Pour les non-musulmans, bien sûr, il n'y a pas de salut: tout le monde ira en enfer aussi mignon.

Le Jour du Jugement dans l'Islam n'est que la première étape sur le chemin du paradis. Après qu'Allah ait pesé les péchés de l'homme et lui ait permis d'avancer, le croyant doit passer par-dessus les abîmes infernaux à travers un mince pont comme un couteau. Un homme qui mène une vie pécheresse glissera et tombera certainement, et les justes atteindront le ciel. L'enfer de l'Islam (Jahannam) en lui-même n'est presque pas différent du chrétien. Les pécheurs recevront de l'eau bouillante, revêtus de vêtements faits de flammes, et en effet frits au feu de toutes sortes de manières. De plus, contrairement à la Bible, le Coran raconte le tourment des pécheurs assez clairement et en détail.

Dans les fesses chaudes des pécheurs, ils cuisinent dans des chaudrons, comme dans l'enfer chrétien.

Le bouddhisme a ses propres caractéristiques «infernales». En particulier, il n'y a pas un enfer dans le bouddhisme, mais jusqu'à seize - huit chauds et huit froids. De plus, parfois, selon les besoins, des enfers supplémentaires apparaissent à l'occasion. Et tous, contrairement aux analogues d'autres religions, ne sont que des abris temporaires pour les âmes coupables.

Selon le degré de transgressions terrestres, le défunt tombe en enfer prédéterminé par lui. Par exemple, dans la chaude Sanghata-naraka, l'enfer écrase. Ici, les pécheurs sont écrasés dans des rochers sanglants et friables. Ou dans le froid Mahapadma Naraka, où il y a un tel gel que le corps et les organes internes deviennent engourdis et craquent. Ou à Tapana Naraka, où les victimes sont transpercées de lances chauffées au rouge. À sa base, les multiples enfers du bouddhisme rappellent quelque peu les cercles chrétiens classiques de l'enfer. Le nombre d'années qui doivent être purgées dans chaque enfer pour un rachat complet et une nouvelle renaissance est clairement spécifié. Par exemple, pour le Sanghata-naraka susmentionné, ce nombre est de 10368x10 10 ans. En général, pas mal, franchement.

L'un des seize narak bouddhistes (enfers). Les démons coupent le pécheur à tête de cochon en morceaux, après quoi il grandit à nouveau ensemble.

Il convient de noter que le concept de stupéfiants a changé au fil du temps. Aux sources des différentes années, les stupéfiants ne sont pas seulement seize, mais aussi vingt, voire cinquante. Dans la mythologie indienne ancienne, il n'y a qu'un seul naraka divisé en sept cercles, et une torture physique cruelle est appliquée aux pécheurs vivant dans les trois derniers cercles. Les habitants du dernier cercle (pour la plupart bouillis dans l'huile) sont contraints de souffrir jusqu'à la mort de l'univers.

Les donjons infernaux du bouddhisme sont situés sous le continent mythologique de Jambudwip et sont situés, comme un cône tronqué, en huit couches, chacune avec un enfer froid et un enfer chaud. Plus l'enfer est bas, pire c'est, et plus il faudra de temps pour le tourmenter. Si Dante était bouddhiste, il aurait quelque chose à décrire.

Des principes similaires régissent l'enfer dans l'hindouisme. Les pécheurs et les justes, selon leurs réalisations, peuvent après la mort atteindre différentes planètes de la vie (Loki), où ils seront tourmentés ou, au contraire, noyés dans les plaisirs. Rester sur des verrous infernaux a un point final. Le «terme» peut être baptisé à l'aide de prières et d'offrandes d'enfants de la dernière incarnation d'une âme souffrante. Après avoir purgé la peine, l'âme se réincarne dans une nouvelle créature.

Mais dans le taoïsme, le paradis et l'enfer ressemblent beaucoup aux chrétiens. Seulement, ils sont au même endroit - dans le ciel. Le paradis est situé dans la partie centrale et lumineuse du ciel et obéit à Yang-ju, le seigneur de la lumière. L'enfer est situé au nord, dans la région d'un ciel sombre, et obéit à Yin-chu, le seigneur des ténèbres. Soit dit en passant, les hindous et les taoïstes peuvent facilement montrer l'enfer ou le paradis avec leurs doigts - dans les deux religions, les emplacements des planètes et des étoiles sont combinés avec une véritable astronomie. Le tourment des pécheurs taoïstes ressemble aux anciens grecs - c'est le repentir, l'ennui, la lutte interne.

Dans la mythologie chinoise, sous l'influence du bouddhisme, un système d'enfer Diyu était formé de dix tribunaux, chacun ayant 16 salles de punition. Tous les morts, sans exception, tombent dans le premier procès. Le juge Qingguang-wang les interroge et décide si l'âme est coupable ou non. Les justes vont directement à la dixième cour, où ils boivent un verre d'oubli et traversent l'un des six ponts pour retourner dans le monde des vivants afin de se réincarner. Mais les pécheurs avant la réincarnation devront transpirer dans les cours du premier au neuvième. Les tortures y sont assez traditionnelles - arracher les cœurs, la faim perpétuelle (au fait, les cannibales sont punis comme ça), monter les escaliers avec des couteaux, etc..

Vous ne devriez pas avoir peur de l'enfer. Trop de variations existent, différentes personnes perçoivent le monde des cieux trop différemment. Cela n'indique qu'une chose: personne ne sait ce qui nous attend au-delà de la frontière. Nous ne pouvons le savoir que lorsque nous y arrivons. Mais pressé de le faire à des fins de recherche, peut-être, pour rien. N'oubliez pas que chacun a son propre enfer - et ce n'est pas nécessairement du feu et du goudron.

La mémoire éternelle comme vie éternelle

Dans la science-fiction russe, l'une des «morts» les plus intéressantes, les plus complexes et absolument rien de tel est décrite dans le roman Light in the Window de Svetoslav Loginov. Dans sa version, au-dessous de la ligne, il n'y a pas de rétribution, mais juste un autre monde, qui rappelle plus le purgatoire que l'enfer ou le paradis. Et la signification n'est pas à quel point vous étiez pécheur ou juste, mais combien de temps ils se souviennent de vous. A chaque fois, l'un des vivants rappelle l'un des morts, ce souvenir se transforme en pièce, la seule monnaie du pays des morts. Ceux dont ils se souviennent souvent et souvent, et après la mort, ils vivent heureux pour toujours. Et ceux qui ne sont restés que dans la mémoire de deux ou trois proches disparaîtront bientôt.

Il s'agit d'un concept délibérément matérialiste. C'est précisément la mémoire du vivant qui est la mesure du sens et de la valeur de la vie humaine. Nous ne savons rien des gens qui ont vécu dans le passé, comme s'il n'y en avait plus, et les quelques personnes dont on se souvient encore vivent dans un sens. La morale est laissée de côté, le conquérant tyran et l'écrivain - le souverain des esprits - se trouvent dans une situation égale. C'est injuste, mais malheureusement très crédible.

L'expression «un homme vit alors qu'il se souvient de lui» dans ce concept de «post-mortem» prend chair. Et après avoir lu le livre, vous vous demandez involontairement combien se souviendront de vous après la mort.?